La Tribune -Cahier L'Estrie respire la santé - page 10

S10
S10 LA TRIBUNE
- Sherbrooke mercredi 17 septembre 2014
[
L’ESTRIE RESPIRE LA SANTÉ
]
.................................................................................................................................
Marie-Christine Bouchard
Sherbrooke
— Une envie
folle de manger une tablette
de chocolat vous tenaille?
N’attendez pas le « jour des
permissions » pour y goûter.
Ne patientez pas jusqu’à ce
que vous ayez atteint votre
poids santé. Ne rongez pas
vos ongles jusqu’à la peau.
Mangez une tablette de cho-
colat. Mais une. Pas une pour
déjeuner, une pour dîner, une
pour souper et une avant de
vous coucher. Juste une,
question de vous combler
et de pouvoir passer à autre
chose.
Oubliez les régimes res-
trictifs où tous les « aliments
plaisir » sont interdits. Les
statistiques parlent d’elles-
mêmes, comme le souligne
la diététiste-nutritionniste
Cora Loomis : 95 % des gens
qui suivent des régimes de
la sorte reprennent tout le
poids perdu au cours des cinq
années suivantes.
« Pour moi, il n’y a pas d’in-
terdit. Tout est dans l’équili-
bre. Oui, on peut prendre de
la crème glacée après souper,
ou du chocolat ou des M&M
en collation. Mais toujours en
quantité raisonnable. »
« J’aime bien parler de 80 %
de nourriture santé et de 20 %
d’aliments plaisir », fait savoir
Cora Loomis.
Pour bien manger, il n’est
pas nécessaire de manger un
poisson poêlé aux fines her-
bes, un risotto aux champi-
gnons sauvages et une salade
avec vinaigrette maison.
Bien manger, c’est manger
ses cinq portions de fruits
et de légumes tous les jours,
des protéines maigres et des
féculents aux grains entiers,
qui sont plus nutritifs. Et ça,
ça se fait avec un repas tout
simple, avec des aliments
que l’on apprécie et qui nous
font saliver : steak, riz et
Bien manger?
Une question (d’un peu)
de temps et d’équilibre
Imacom, Frédéric Côté
La diététiste-nutritionniste Cora Loomis croit que les gens doivent réapprendre à cuisiner des légumes.
Les alternatives à la viande
Les prix varient à l’épicerie d’une semaine à l’autre.
Certaines semaines, il est impossible de trouver
un steak à moins de 19,99 $ le kilo.
Quand la viande entière se fait trop chère pour nourrir
toute la famille à tous les repas, quelles sont les options?
D’abord, il y a les viandes hachées. Bien qu’imparfaites,
elles sont souvent moins chères.
« Il y a davantage de protéines dans la viande entière
(poitrine de dinde, bifteck de bœuf…) et plus de gras dans
les versions hachées. Cela dit, il est tout à fait correct de
choisir l’option moins coûteuse pour varier nos choix de
protéines. »
Manger moins de viande réduira aussi le coût qui y est relié.
Mais vous pensez que vous n’aimez pas les légumineuses
et le tofu? Il est possible de s’habituer en mélangeant par
exemple.
« Mélanger la viande hachée avec du tofu émietté,
des lentilles ou des haricots est une excellente façon
d’améliorer la valeur nutritive du repas en plus de réduire le
coût monétaire », ajoute la diététiste-nutritionniste. Et de
s’habituer au goût et aux textures, de plus!
Ne rien proscrire…
sauf les boissons
gazeuses
La nutritionniste Cora
Loomis assure qu’il est
inutile d’abandonner
des aliments à son
régime alimentaire (s’ils
sont consommés avec
modération, bien sûr). S’il
y avait une seule chose à
proscrire, ce serait celle-ci :
les boissons gazeuses.
« Les boissons gazeuses
sont souvent prises en
surplus aux autres aliments
plaisir. Elles contribuent
à maintenir le goût pour
les aliments sucrés, et
ce, même si ce sont des
boissons sans sucre. »
Envie de réduire
la consommation
de boisson gazeuse?
Voici quelques trucs
maisons pour améliorer
le sort de son eau plate.
Eau pétillante + jus
d’orange
Eau
pétillante +
fraises
+ kiwi
+ basilic
Eau
pétillante +
melon d’eau
+ romarin
Eau pétillante
+ ananas + gingembre +
menthe
Eau + lime ou citron
D’autres idées?
Votre imagination
est la seule limite!
concombre en tranches, rien
de bien sorcier à préparer.
Des nouvelles
(mauvaises) habitudes
L e s h a b i t ude s de s
Québécois ont beaucoup
changé depuis la fin de la
Deuxième Guerre mondiale,
où la sédentarité et les écrans
se sont peu à peu installés
dans la vie des Canadiens
— comme presque partout
ailleurs dans le monde.
Des habitudes se sont per-
dues… comme celle de cui-
siner des légumes. D’autres
se sont créées… comme celle
d’aller chercher un repas vite
fait au restaurant pour le sou-
per quand on n’a pas envie de
cuisiner.
Cora Loomis comprend que
les gens soient attirés vers les
restaurants rapides lorsque
la fatigue est à son plus haut
niveau. « C’est accessible,
c’est rapide, ce n’est pas cher,
c’est goûteux… »
Mais c’est certainement
plus gras et plus salé que les
repas cuisinés maison, sans
compter que les portions sont
fort généreuses!
Prendre le temps
de cuisiner
Ainsi, l’une des clés d’une
perte de poids durable et
progressive est de prendre
le temps de cuisiner. Pas le
choix, il faut bien passer par
là!
« Pour moi, il n’y a pas
d’interdit. Tout est
dans l’équilibre. Oui, on
peut prendre de la
crème glacée après
souper, ou du chocolat
ou des M&M en
collation. Mais toujours
en quantité
raisonnable. »
Mais il y a des façons de
cuisiner pour que ce soit pra-
tique et possible de l’ajouter
à la longue liste des tâches
familiales à accomplir dans
une semaine.
Pour contrer les envies
de foncer au restaurant au
premier creux de vague, la
nutritionniste conseille de
se trouver un moment dans
la semaine pour cuisiner à
l’avance.
« En planifiant mieux, on
peut profiter des restants
pour la semaine. Et comme
ça, en plus, si on décide de
souper avec un aliment
réconfort un soir, il y aura au
moins une petite salade à côté
pour accompagner, et elle ne
prendra aucune énergie à
préparer. »
Aussi, il faudrait réappren-
dre à découvrir les fruits et
les légumes.
« Les légumes sont un peu
devenus mystérieux au cours
des 30 dernières années.
Certaines familles ayant tout
simplement oublié comment
les faire cuire et les apprê-
ter », avoue Cora Loomis.
« Une carotte et un hari-
cot vert, vous savez, ça se
mange cru! Mais il n’est pas
nécessaire de manger les
légumes crus et de façon
fade pour qu’ils soient bons
pour la santé. Il faut prendre
le temps de les explorer, de
les choisir, d’essayer des cho-
ses. Les légumes sont inté-
ressants parce qu’ils ajoutent
des couleurs et des textures
aux repas. Sautés, smoo-
ties, soupe, salade, vapeur,
il y a plein de façons de les
1,2,3,4,5,6,7,8,9 11,12
Powered by FlippingBook